Saint Othon de Bamberg (+1139)

Il est né en Souabe, au sud-ouest de la Bavière. Il devint prêtre très jeune et fut choisi comme chapelain par la duchesse Sophie de Pologne. A 42 ans, il est nommé évêque de Bamberg, en Bavière, par l’empereur germanique Henri IV. La querelle des investitures devait empoisonner sa vie d’évêque. Empereurs germaniques et papes se disputent en effet l’investiture et l’obéissance des évêques. Vassal de l’empereur d’Allemagne en tant qu’évêque de Bamberg, Othon, pour la même raison, est dépendant du pape : comment vivre cette double fidélité ? Il s’emploie à jouer les conciliateurs entre empereurs d’Allemagne (Henri IV puis Henri V) et les papes (Silvestre IV, Gélase II, Grégoire VIII et Callixte II). C’est en 1122 que le Concordat de Worms, mettant fin à la querelle des investitures, ramène un peu de paix dans sa carrière épiscopale. Le repos est de courte durée. En 1123, on l’envoie évangéliser la Poméranie, région polonaise sur la Baltique. Il en devient l’apôtre reconnu. Grâce à son dynamisme et à sa foi communicative, 20 000 païens demandent le baptême. Pour soutenir cette nouvelle communauté, il multiplie églises et monastères. A 60 ans, il avait gardé l’enthousiasme de sa jeunesse.

Othon parle par l’intermédiaire d’interprètes aux barbares de Poméranie : « Bénis soyez-vous de m’avoir si bien reçus. Vous connaissez sans doute le motif qui m’a fait venir ici, et de si loin. C’est le désir de vous faire connaître et aimer notre commun Créateur. »

(Sermon de saint Othon)

Le saint du jour présenté aujourd'hui est l'un des saints choisi parmi ceux proposés par l'Église. Chaque jour, l'Église honore plusieurs saints et bienheureux : ceux du calendrier romain (sanctoral romain), ceux des calendriers diocésains et ceux du calendrier des églises orientales (synaxaire).