Pâques : ressusciter avec le Christ

Baptisés dans le Christ ressuscité

  1. Le baptême par immersion

« Baptême » est un mot grec qui veut dire « plonger ».

« Le Baptême, dont le signe originel et plénier est l’immersion, signifie efficacement la descente au tombeau du chrétien qui meurt au péché avec le Christ en vue d’une vie nouvelle :  » Nous avons été ensevelis avec le Christ par le Baptême dans la mort, afin que, comme le Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous vivions nous aussi dans une vie nouvelle  » (Romains 6, 4 ; cf. Colossiens 2, 12 ; Ephésiens 5, 26) »[1]

L’immersion donne donc le signe originel et plénier du baptême. C’était ainsi au début de l’Eglise. Philippe, pour baptiser l’eunuque, descend avec lui dans l’eau, cf. Actes 8,38-39.

Un rite très ancien.

« Le Baptême est accompli de la façon la plus significative par la triple immersion dans l’eau baptismale. Mais depuis l’antiquité il peut aussi être conféré en versant par trois fois l’eau sur la tête du candidat »[2].

La coutume de baptiser par immersion s’est sans doute perdue dans l’Eglise catholique quand elle est parvenue dans les régions froide de l’Europe et du Nord. Mais il serait bon de la retrouver dans nos églises, comme c’est déjà le cas à Saint Michel de Matoury et à Notre Dame de l’Assomption à Kourou. J’invite les paroisses à réfléchir à construire des baptistères pour cela.

  1. Pourquoi baptiser les petits enfants ?

La pratique du baptême des petits enfants est très ancienne. Le centurion Corneille reçut le baptême, lui et toute sa famille (cf. Actes 10,24.27.44.48). Paul a baptisé la famille de Stéphanas à Corinthe (1 Corinthiens 1,16) et celle de son geôlier à Philippe (Actes 16,33).

Tout sacrement suppose l’adhésion de celui qui le reçoit. La seule exception concerne le baptême. L’Eglise Catholique, les Eglises orthodoxes et d’autres églises baptisent les petits enfants, au vu de la foi de leurs parents. D’autres communautés ecclésiales refusent parce que les enfants n’ont pas choisi.

Il y a bien des choses que les enfants ne choisissent pas : leurs parents, leur nationalité de départ, leur langue maternelle, leur école… Cela ne les empêchera pas, plus tard, de changer de nationalité, de religion, de philosophie. Leur liberté n’est pas niée. Simplement les parents, avec raison, donnent à leurs enfants ce qu’ils ont de meilleur. Le baptême des petits enfants manifeste l’amour prévenant de Dieu !

[1] Catéchisme de l’Eglise Catholique, n° 628.

[2] Catéchisme de l’Eglise Catholique, n° 630.

Divine Miséricorde - SOULA

Titulaire : Miséricorde divine

Presbytère 28 allée des Corossols – Lotissement les Lauriers
97355 MACOURIA
Tel. 05.94.35.46.67

PRESENTATION DE LA NEUVAINE DES SAINTS 2019

POUR LA GRANDE MISSION

Du 29 avril au 7 mai 2019

 

Jour 1 : 29 avril, Notre Dame de Guadalupe.

Jour 2 : 30 avril, saint Pierre.

Jour 3 : 1 mai, saint Paul.

Jour 4 : 2 mai, sainte Thérèse de l’Enfant Jésus.

Jour 5 : 3 mai, saint François –Xavier.

Jour 6 : 4 mai, saint Pedro Calungsod.

Jour 7 : 5 mai, sainte Katéri Tekakwita.

Jour 8 : 6 mai, sainte Rose de Lima.

Jour 9 : 7 mai, Bienheureuse Anne-Marie Javouhey.

 

Cette présentation, à titre indicatif ne fait pas l’objet de la neuvaine. Elle a pour but de nous montrer généralement ce qui caractérise les saints. Ainsi cette présentation se veut juste une information introductive pour notre compréhension de cette neuvaine.

Qui sont les saints ? Ce sont tous ceux et celles qui ont suivi Jésus sur la route, qu’Il nous a tracée, afin de vivre en enfants de Dieu.

Ainsi, les saints sont au milieu de nous, et pourquoi pas en nous ! Car ils appartiennent d’abord à ce peuple en marche venant de la grande épreuve de cette vie vers le ciel. N’imaginons donc pas les saints seulement dans leur état achevé, avec une auréole sur la tête au sommet de l’autel ou dans la gloire de leur canonisation.

C’est dire que les saints ne sont pas des héros ni des surhommes échappant au commun des mortels par leurs miracles ou leur force d’âme à toute épreuve. Ils ont converti leurs passions au service de leur sainteté, qui réalise en eux de véritables transformations, fruits de la grâce et de la liberté. Ce qui caractérise les saints, est d’avoir assumé leur humanité en s’efforçant de la réaliser le mieux possible à la suite de leur approche du Christ leur modèle. C’est pourquoi fêter les saints pour la mission, c’est aussi fêter le saint possible que chacun porte en soi. Car tous les saints ont été des missionnaires à leur manière et dont la prière les aura toujours soutenus.

Aussi, pour cette neuvaine de la Grande Mission, quelques saints ont été choisis parmi tant d’autres, dont certains sont les patrons de nos paroisses. A travers leurs intercessions, seront suggérés leurs charismes ou précisés leurs traits essentiels dans la mission. Qu’ils nous accompagnent de leurs prières dans l’aventure de notre grand projet diocésain auprès du Christ, le premier missionnaire par excellence.

Plan de la neuvaine :

  1. Prière au saint en assemblée.
  2. Quête et distribution des pains de vie. (Cependant où les trouver ? Y en aura-t-il assez pour toutes les paroisses pendant les 9 jours ?)
  3. 1 Notre Père…1 Je vous salue Marie…Gloire au Père…

Donnez pour Notre Dame

À la suite de la catastrophe subie par la cathédrale Notre Dame de Paris, vous pouvez effectuer des dons.

 

Soit sur notre site web de dons (https://www.eveche.fr/mission-catholique-guyane/), ou, soit en vous rendant à la comptabilité de la Mission Catholique de Guyane, qui se trouve au 24 rue Madame Payé à Cayenne.

Les informations utiles pour faire des dons

  • Lien du site de dons : https://www.eveche.fr/mission-catholique-guyane/
  • Adresse de la comptabilité : 24 rue Madame Payé 97300 Cayenne
    • Les jours d'ouverture : de lundi à vendredi
    • Les horaires d'ouvertures :
      • Les matins de 9 h 00 à 12 h 00
      • Les après-midis : 15 h 00 à 18 h 30

"Que chacun donne selon ce qu'il a décidé dans son coeur, sans regret ni contrainte, car Dieu aime celui qui donne avec joie. (2 Co 9-7)"

Merci.

Ordination d'un nouveau diacre à Macouria

Invi Thé Café Monseigneur Emmanuel Lafont, évêque de Cayenne

Actualité de l'Eglise