Actualités

A la une

Projet devant Notre-Dame

Exclusif : « Un sanctuaire marial va être installé sur le parvis de Notre-Dame de Paris »

ARTICLE | 07/06/2019 | Par Hugues Lefèvre

L’intérieur de Notre-Dame après le terrible incendie du 15 avril : la croix du chœur n’a pas été touchée.

Mgr Patrick Chauvet, recteur de la cathédrale de Paris, a confié à Famille Chrétienne la mise en place prochaine d’un petit sanctuaire marial sur le parvis de Notre-Dame. Il confie par ailleurs que la première messe dans Notre-Dame sera célébrée à l’occasion de la Fête de la dédicace de l’autel de la cathédrale, le weekend du 15 et 16 juin. Elle pourrait être précédée par l’office des vêpres célébrées sur le parvis.

Après l’incendie de Notre-Dame, le diocèse a annoncé vouloir construire une « cathédrale éphémère » sur le parvis de Notre-Dame en attendant sa reconstruction. Où en est le projet ?

Ce projet va se réaliser. Ce ne sera pas une « cathédrale éphémère » parce qu’il reste aujourd’hui peu de place sur le parvis. En revanche, un sanctuaire marial va être installé. Il abritera la copie de la Vierge au pilier. La statue sera abritée sous le sanctuaire et les pèlerins pourront contempler et prier la Vierge. Ce sera également un lieu d’accueil où se tiendra un prêtre. On pourra mettre des bougies et des fleurs et déposer des intentions. Il y aura sans doute aussi une boutique pour ceux qui désirent repartir de leur pèlerinage avec un souvenir.

Quand ce sanctuaire sera-t-il ouvert ?

J’aimerais bien qu’il s’ouvre dès la semaine prochaine ! Mais je ne suis pas sûr que cela puisse se faire car il faut que le parvis soit complètement déplombé. Nous attendons le « feu vert » de la préfecture de police de Paris. En ce qui nous concerne, tout est prêt !

Pourquoi est-il si important d’avoir un lieu d’accueil spirituel à Notre-Dame alors qu’il y a beaucoup d’églises à côté qui pourraient faire l’affaire ?

Parce que la cathédrale est toujours vivante et ouverte. C’est important qu’on puisse dire aux Français que le recteur est toujours affectataire, et ce malgré les travaux, que la cathèdre de l’archevêque est toujours à Notre-Dame et qu’elle n’est pas ailleurs. Le fait de sortir Notre-Dame pour aller sur le parvis, c’est signifier la proximité de la Vierge auprès de tous ses enfants.  Elle va faire ce trait d’union entre le parvis et la cathédrale pour bien montrer qu’on peut toujours y prier.

► À LIRE AUSSI : Podcasts : les interrogations après l’incendie de Notre-Dame de Paris

Une messe va avoir lieu dans les jours prochains à Notre-Dame. Pourquoi est-ce si important de célébrer la messe dans la cathédrale ?

La date qui a été choisie est symbolique. Ce sera la fête de la dédicace de la cathédrale, c’est-à-dire de la consécration de l’autel. C’est très important de pouvoir bien signifier au monde que le rôle de la cathédrale est bien de montrer la gloire de Dieu. Célébrer l’eucharistie ce jour-là, même en tout petit comité, sera le signe de cette gloire et de cette grâce.

Il y a quelques jours la députée Agnès Thill a vivement réagi à un amendement qui visait à exclure le diocèse de Paris du conseil d’administration du futur établissement public chargé des travaux de rénovation de Notre-Dame. Cherche-t-on à évincer le diocèse du processus de reconstruction ?

Je ne m’inquiète pas. Le texte va revenir à l’Assemblée et je pense que les députés vont comprendre que la loi de 1905 n’est pas abolie. Il est important que l’Eglise soit partie-prenante de cette reconstruction. En tant que recteur, je suis souvent sur le parvis de Notre-Dame et à l’intérieur de la cathédrale pour encourager tous les compagnons du devoir. L’architecte des monuments historiques apprécie cette communion entre lui, les compagnons du devoir et le recteur. Nos relations sont excellentes.

Vous ne craignez donc pas d’être mis de côté ?

Non. J’ai confiance dans le travail du général Jean-Louis Georgelin qui suit les travaux, dans le président Emmanuel Macron avec qui j’ai de bonnes relations et dans les architectes des monuments historiques, comme avec la Drac. J’ai toujours travaillé avec eux en communion et nous serons vigilants à ce que cela continue.

Hugues Lefèvre

 

Retour sur les conférences de carême à Saint Laurent

Afin de répondre au mieux aux attentes de la communauté chrétienne sur les conférences de carême, et en tenant compte des orientations du diocèse, un sondage a été réalisé à toutes les eucharisties du week-end du 3 mars 2019. À cet effet, trois questions ont été posées à savoir :

 

  • Quel thème souhaitez-vous pour les conférences ? – Quel créneau horaire conviendrait le mieux pour cela ? – Sur quelle fréquence souhaiteriez-vous avoir des conférences ?

 

Le résultat de ce sondage était très édifiant, il ressortait de cela que cinq thèmes majeurs ont été choisis parmi ceux-ci : la réconciliation, le mariage, le divorce, la création et l’accueil.

 

Les dimanches en fin d’après-midi étaient choisis pour écouter les conférences en famille pendant le temps de carême.

 

Dans la foulée, les chrétiens ont choisi de poursuivre les conférences hors du temps de carême soit une fois par mois.

 

En tenant compte des orientations de la grande mission sur les conférences, le conseil paroissial et son curé à adopte un tableau ci-après intitulé « chemin de carême »

 

 

CHEMIN DE CARÊME

                                                   

 

DATES

 

 

ACTIVITÉS

 

LIEUX

 

10 MARS

 

1er dimanche de Carême :

Conférence à 17 h, thème : « le pardon »

 

 

Église Bon Pasteur

 

 

17 MARS

 

2e dimanche de Carême : dimanche de Pardon, rite de pardon à la messe de samedi à 18 h 30 et celle de dimanche à 8 h 30

 

 

 

Église Bon Pasteur

 

24 MARS

 

3e dimanche de Carême : conférence à 17 h ; thème : « l’Amour »

 

 

 

Église Bon Pasteur

 

 

31 MARS

4e dimanche de Carême : conférence à 17 h ; thème : « la mission sur la dynamique de la charité avec mère Thérésa »

 

 

 

Église Bon Pasteur

 

 

7 AVRIL

5e dimanche de Carême : conférence à 17 h ; thème : « la mission de Saint-Laurent auprès des pauvres »

 

 

Église Bon Pasteur

 

Nous donnerons quelques éléments des résumés de chaque conférence et la résolution finale de la communauté comme perspective dans un plan stratégique sur un ou sur deux ans dans l’esprit de la grande mission.

 

  • CONFÉRENCE 1 : « LE PARDON»

 

En ce premier jour de conférence, près de 200 personnes sont venues écouter cette conférence faite par le curé de la paroisse le Père Gaëtan KIYINDOU

 

Notre position vis-à-vis du pardon

Le mépris du pardon peut se manifester par notre refus de pardonner, de demander pardon, d’accepter le pardon et d’en tirer les conséquences pour notre vie. Bien que Dieu lui ait manifesté de la compassion malgré son crime, Caïn ne lui a pas demandé pardon et finira par se détourner de Dieu. Absalom n’ayant pas pardonné à son demi-frère le viol de sa sœur le tuera. Son rejet du pardon de son père va le conduire à provoquer une guerre civile qui entrainera sa mort.

  • Dans nos relations aux autres, si avant de venir au culte, nous avons commis des actes qu’il condamne, Dieu rejette le culte que nous lui rendons. Notre relation avec Dieu est déterminée par notre relation aux autres. Tout ce que nous faisons ou ne faisons pas aux autres, c’est à Jésus-Christ que nous le faisons. Jésus nous sensibilise à l’attitude que nous devons avoir vis-à-vis d’une personne qui nous en veut avant de lui rendre un culte.

 

Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère ; puis, viens présenter ton offrande. Veillons à mettre en pratique ce conseil de Jésus-Christ (Mt 5,23-24).

  • Notre pardon a pour point de départ le pardon de Dieu au travers du sacrifice de son fils, Jésus Christ. Dans une parabole, Jésus-Christ met en parallèle la remise des dettes et le pardon des péchés. Il veut nous faire comprendre, parmi tous les enseignements que nous pouvons tirer de cette parabole, que seul le pardon librement consenti peut régler une situation. Pardonner sans restriction manifeste notre respect de Dieu, sinon comment pourrions-nous pardonner les comportements les plus horribles ? Ne limitons pas la puissance du sacrifice de Jésus-Christ, en le faisant, nous disons à Dieu que la mort de son fils n’est pas suffisante. Le chrétien a le ministère de la réconciliation fondé sur le pardon de Dieu.

Ne pas pardonner peut constituer un poids qui peut nous empêcher d’être en harmonie avec Dieu et avec nos frères en humanité. Le pardon se présenterai donc comme moyen de revenir vers Dieu, restaurer l’amitié avec Dieu et mes semblables.

 

Restauration par le pardon

Si nous voulons être libérés du poids des blessures que les autres nous ont infligées ou que nous nous sommes infligées, nous devons pardonner, être pardonnés et accepter le pardon. C’est bien ce que nous trouvons dans ces versets

Dt 30.2-3 ; Mt 18.23-35 ; 2 Co 5.18-19 ; Jc 1.20

Dieu veut nous pardonner si nous nous sommes détournés ou éloignés de lui, quelle qu’en soit la cause, il nous invite à revenir à lui pour recevoir son pardon. Nous avons parfois du mal à accepter son pardon soit pour nous, car nous voulons par nous-mêmes réparer nos fautes où nous croire meilleurs que nous sommes ; soit pour les autres.

Dans la parabole du fils prodigue, le fils aîné n’accepte pas la compassion de son père vis-à-vis de son frère cadet repentant. Nous ne pouvons pas acheter le pardon gratuit de Dieu, il n’est pas une récompense, mais un acte d’amour, acceptons-le en tant que tel pour nous et pour les autres.

Dieu ne nous punit pas selon la gravité de nos péchés, dans son amour, il en assume une partie des conséquences. Le pardon manifeste l’amour que nous avons pour nous-mêmes et pour l’autre, et permet de rétablir la communication. Un pardon accepté et donné à des conséquences heureuses

Les conséquences du pardon :

Le pardon permet le retour à des relations apaisées et non fondées sur un rapport de force et redonne de la valeur au coupable.

Pardonner ou se repentir demande du courage, de la volonté, voire un sacrifice. C’est reconnaître que nous n’avons pas à condamner l’autre, cela appartient à Dieu, mais à le bénir, ce à quoi nous sommes appelés.

Tout ce qui est pardonné ne sera plus utilisé par Dieu pour nous condamner, faisons de même. Cessons de reprocher à une personne, une erreur que nous sommes censés lui avoir pardonnée.

Comment se manifestent les conséquences du pardon dans notre vie et dans nos relations aux autres ?

Le respect, la capacité de l’amour à tout supporter et à pardonner éviteront l’amertume et la rancune. Si le pardon permet le retour de la paix, il n’enlève pas les conséquences de la faute.

Certes, rien ne sera plus comme avant, chacun vivra avec les cicatrices de ses blessures. Le Christ, lui-même est ressorti du tombeau avec les stigmates de sa passion. La nécessité d’être pardonné et de pardonner : Le pardon efface la faute ainsi que le poids de la culpabilité.

Recevoir le pardon de Dieu ou d’une personne ne doit pas être considéré comme une autorisation de retomber dans les mêmes défaillances et échecs. Deux aspects symbolisent ce pardon

  • Il y a notre volonté de pardonner
  • Puis le cœur qui pardonne.

 

L’idéal est que tout se passe au même moment. Parfois, il suffira d’attendre un peu, chercher le terrain d’entente et de compréhension pour aborder la question avec un esprit serein. S’il n’y a pas d’accord, il faut simplement accepter la différence de points de vue, et pardonner l’autre sans pour autant nous justifier à nos propres yeux. Pourquoi ?

Notre position vis-à-vis du pardon va déterminer l’attitude de Dieu à notre égard au moment du jugement dernier et va être un révélateur de la place de Dieu dans notre vie et qui il est pour nous ? Le pardon se trouve auprès de toi afin qu’on te craigne. D’après vous, où est la place de Dieu dans notre vie quand nous refusons de pardonner ?

Si nous voulons guérir de nos blessures, redonnons à Dieu sa juste place. Recevoir le pardon de Dieu nous permet de pardonner à ceux qui nous ont blessés et de supporter leurs faiblesses.

Le pardon libère et amorce le processus de guérison dans la vie de la victime. Dans ces conditions, il apporte inévitablement la paix, la consolation et la guérison du corps et de l’âme. C’est l’amour de Dieu qui se manifeste.

Le pardon est avant tout une décision d’obéir à Dieu, c’est un choix. Le pardon ne déclare pas l’offenseur juste ; mais rend libre celui qui pardonne vis-à-vis de la faute de l’autre.

Il doit être clairement énoncé afin que la personne fautive sache qu’elle est pardonnée. Les phrases telles ne t’inquiètent pas ce n’est rien, laisse tomber, ce n’est pas grave n’expriment aucun pardon.

Finalement, lorsque nous prenons la cène nous rappelons la mort de Jésus-Christ. Sa mort est la preuve de l’amour et du pardon de Dieu pour l’humanité. Si difficile que ce soit, nous sommes appelés à amorcer notre propre processus de guérison et de le faire avec lucidité en nommant la réalité telle qu’elle est.

Pardonner nous libère de la faute de la personne qui nous a porté préjudice, son péché n’est plus notre préoccupation.

L’acceptation du pardon nous conduit à faire une rupture définitive avec la cause de notre péché. Es 27.9

Vivons donc ce que nous sommes, des enfants de Dieu, capable de pardonner à l’image de Jésus qui nous aimés et pardonnés jusqu’au sacrifice suprême. Nous comprenons qu’au regard de tout cela que finalement que la souffrance vient de l’homme et le pardon vient de Dieu.

Ainsi pour mettre cet enseignement en pratique, toute la communauté a vécu un temps fort le 2e dimanche de Carême que nous avons nommé « dimanche de Pardon » avec un rite de pardon à la messe de samedi à 18 h 30 et celle de dimanche à 8 h 30

 

CONFÉRENCE 2 : « L’AMOUR DANS LA BIBLE »

 

Le deuxième jour de conférence, près de 150 personnes sont venues écouter cette conférence faite par le curé de la paroisse le Père Gaëtan KIYINDOU

Que dit la Bible au sujet de l’amour ?

Qu’est-ce que l’amour ? Lorsque nous pensons à l’amour, c’est facile de penser à des sentiments agréables. Mais le vrai amour ne dépend pas des sentiments. Il s’agit de beaucoup plus que les sentiments que j’éprouve pour quelqu’un. Que ce soit l’amour romantique, pour un membre de ma famille, un ami, un collègue, l’amour qu’on donne et qu’on reçoit se basent souvent sur ce que j’en retire moi-même. Mais qu’est-ce que je fais lorsque cela me coûte d’aimer quelqu’un ? Comment la Bible nous dit-elle d’aimer

Notre réflexion dans un premier temps se focalisera sur 1 Corinthien 13, 4-8.

« La charité est patiente, elle est pleine de bonté ; la charité n’est point envieuse ; la charité ne se vante point, elle ne s’enfle point d’orgueil, elle ne fait rien de malhonnête, elle ne cherche point son intérêt, elle ne s’irrite point, elle ne soupçonne point le mal, elle ne se réjouit point de l’injustice, mais elle se réjouit de la vérité ; elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout. La charité ne périt jamais. »

Paul dit aux Corinthiens, éblouis par tout ce qui est extraordinaire ou merveilleux, que rien n’égale l’amour véritable.

Amour ou charité ? Au début, les deux mots avaient le même sens, mais au fil des années, « charité » en est venue souvent à désigner l’aumône, oubliant que le don ne contient pas nécessairement l’amour. D’autre part, pour beaucoup aujourd’hui, le mot « amour » est lié aux relations sexuelles, dans un sens souvent très étroit.

Ce qui importe, ce n’est pas de parler de charité ou d’amour, mais de dire en quoi ils consistent : c’est ce que Paul fait ici. Et ce qui nous intéresse pour soutenir la réflexion sur l’amour dans la Bible c’est-à-dire : Lorsque je peux faire toutes ces choses malgré mes sentiments, sans tenir compte des actes de quelqu’un, c’est de l’amour. Je ne ressens pas d’amour lorsque je suis tenté à la colère, à l’impatience, à rechercher mon propre intérêt, à croire au pire, à désespérer de quelqu’un. Mais lorsque je repousse ces sentiments et que je me réjouisse, sois patient, et m’humilie moi-même, lorsque je supporte quelqu’un et que j’accepte tout, c’est le vrai amour. L’amour fait qu’on donne sa vie, qu’on renonce à ces réactions naturelles et ces exigences qui font partie de la nature humaine et qu’on n’attend rien en retour.

Par ailleurs, lorsque Saint Jean nous dit au chapitre 15, 13 « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. » Ce qu’il veut signifier qu’il faut aimer d’abord avant tout chose c’est l’image de l’amour de Dieu qui nous a aimés le premier jusqu’à nous donner son fils. Dieu nous a aimés avant que nous l’aimions et nous n’avons certainement rien fait pour mériter cet amour. Qu’en est-il si quelque me manque de respect ? Où est mon amour à ce moment-là ? L’amour donne, pas seulement à ceux qui sont bons envers nous. L’amour aime ses ennemis, il aime en premier. Et il ne disparaît pas si on ne me rend pas cet amour. Il supporte toutes choses. L’amour donne, pas seulement à ceux qui sont bons envers nous, mais à tout le monde sans exception « Mais moi, je vous dis, aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux. » Matthieu 5, 44-45

C’est l’amour de Dieu qui ne fait aucune exception. Il n’est pas possible de dire que telle ou telle personne ne le mérite pas. Jésus a donné sa vie pour nous, c’est le signe suprême qui montre à quel point il nous aimait. Et personne n’a aussi peu mérité cet amour que nous. Aimer ne signifie pas qu’on est d’accord avec le péché des autres, qu’on dit qu’ils font tout comme il faut. Non, cela signifie que nous sommes patients avec eux, nous prions pour eux, nous avons la foi pour eux, nous souhaitons le meilleur pour eux. Cela m’amène à agir malgré les sentiments que j’ai. Ainsi, je peux passer d’une antipathie naturelle pour quelqu’un à un vrai amour pour cette personne. Pour être une aide pour quelqu’un et pour le détourner de choses qui peuvent être dangereuses, je peux l’exhorter, le conseiller, le corriger, mais je dois faire cela avec un intérêt véritable pour la personne en question

donc si je sens que je manque d’amour divin, je peux prier à Dieu pour qu’il me montre comment en obtenir plus. Je dois vraiment être prêt à renoncer à ma propre volonté et à penser aux autres plutôt qu’à moi-même.

Il existe quelques attitudes pour exprimer cet amour de Dieu, parmi celles-ci, il y a premièrement les commandements qu’il faut garder : « Si vous m’aimez, gardez mes commandements… Celui qui a mes commandements et qui les garde, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; et moi je l’aimerai, et je me manifesterai à lui… Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera ; et nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui » Jean 16:15, 21, 23

Deuxièmement, l’amour doit se traduire en acte : D’une humble femme, le Seigneur a dit : « elle a beaucoup aimé » et il nous la présente comme un exemple à imiter : « Vois-tu cette femme ? » Elle n’a pas prononcé un seul mot dans la scène qui nous est rapportée en Luc 7, mais elle a montré son amour par des actes. C’est ce que le Seigneur désire aussi pour nous. Les actes traduisent ce qu’il y a dans le cœur. S’il y a de l’amour dans nos cœurs, il y en aura la manifestation dans un chemin d’obéissance à la parole et aux commandements du Seigneur.

Dans un troisième temps, cet amour doit être véridique et compréhensible : l’amour selon Dieu va toujours de pair avec la vérité (1 Cor. 13:6 ; 2 et 3 Jean). Aussi, une attitude, des paroles qui sont la manifestation d’un véritable amour dans le Seigneur sont considérées parfois comme n’étant pas de l’amour. Éphésiens 5 renferme une triple exhortation en rapport avec la marche : marchez dans l’amour — marchez comme des enfants de lumière — marchez soigneusement (v. 2, 8, 15).

En sommes : En tant que chrétiens, nous sommes appelés à aimer notre prochain et pas seulement ceux que nous aimons de manière naturelle…

Heureusement pour nous guider dans cette impossible tâche, nous avons le plus grand des exemples sous les yeux. Dieu, qui nous aime sans condition et qui est lui-même, amour ? La seule façon d’apprendre à aimer vraiment les autres est de connaitre son amour pour nous, et d’apprendre à l’aimer. Dieu nous enseigne tout au long de la Bible que son amour est parfait, inconditionnel, fort, durable, fidèle, et bien plus encore…

L’amour de Dieu pour chacun de nous est plus profond et plus fort que ce qu’il est possible d’imaginer. En nous penchant sur cet amour et en apprenant à quoi ressemble l’amour agape, nous pouvons nous aussi apprendre à aimer d’une manière inconditionnelle.

 

 

 

CONFÉRENCE 3 : « LA MISSION SUR LA DYNAMIQUE DE LA CHARITÉ AVEC MÈRE TERESA »

« La charité est la vertu théologale par laquelle nous aimons Dieu par-dessus toute chose pour lui-même, et notre prochain comme nous-mêmes pour l’amour de Dieu. » (CEC 1822)

C’est bien cette dynamique qu’animait la vie de mère Thérésa dans son apostolat. Elle a pratiqué la charité en faisant les œuvres avec une orientation concrète et spirituelle.

 

  • Une orientation concrète

En 1949, un an après sa naturalisation indienne, elle fonde un nouvel ordre, les Missionnaires de la Charité, et édifie les premiers hospices à destination des sans toit et sans espoir nommés Nirmal Htiday, ou « Cœur pur ».

Sa nouvelle mission, se rappellera-t-elle plus tard, sera désormais de « servir les plus pauvres parmi les pauvres ».

Elle prend soin les plus démunis, les enfants, les orphelins, les mourants, les lépreux.

Elle construit des dispensaires pour les malades, des orphelinats, des écoles, des centres d’assistances aux mourants. N’est-ce pas là le sens de notre mission reçue de Dieu ? Compatir à la souffrance de nos sœurs et frères ?

 

  • Son orientation spirituelle

Mère THÉRÉSA tirait sa force de son intimité à Dieu à travers la messe quotidienne et la fidélité à une heure d’adoration eucharistique par jour. Mon action disait-elle n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan, mais ce sont les gouttes d’eau qui font un océan.

Mère Thérésa voyait Dieu à travers la pauvreté de ses concitoyens d’où elle est venue à déclarer que : « En tout être humain, je vois Dieu. Quand je lave les blessures d’un lépreux, je sens que je console le Seigneur lui-même », déclarait-elle dans une interview en 1974

 

Mère Theresa incarne en quelque sorte le modèle d’une charité missionnaire débordante

 

 

 

CONFÉRENCE 4 : « LA MISSION DE SAINT-LAURENT AUPRÈS DES PAUVRES »

 

 

« En vérité, en vérité, je vous le dis : si le grain de blé ne tombe pas en terre pour y mourir, il reste seul. C’est quand il meurt qu’il porte beaucoup de fruits. Celui qui tient à sa vie la détruit, mais celui qui méprise sa vie dans ce monde la sauvegarde pour la vie éternelle.  Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive, et là où je suis, là aussi sera mon serviteur ; si quelqu’un me sert, le Père saura le récompenser. » (Jean 12, 24-26)

C’est dans ce contexte que nous pouvons lire la mission de Saint-Laurent auprès des pauvres de son Église particulière. Une mission qui s’est déclinée sur deux dimensions à savoir : la dimension de service (diacre) et la dimension du martyre (témoins)

  • La dimension de service (diacre)

Laurent comme, l’un des plus illustres martyrs de l’Église. Par ses vertus, son mérite, il gagna l’affection du Pape Sixte II, qui le choisit comme son premier diacre. Il servit le pape fidèlement en gérant les biens de l’Église jusqu’à la mort.

En l’an 258, quand le Pape fut arrêté et condamné à mort. Comme on le conduisait au supplice, Laurent, son diacre, le suivait en pleurant : « Où allez-vous, mon père, disait-il, sans votre fils ? Où allez-vous, saint Pontife, sans votre diacre ? Jamais vous n’offriez le sacrifice sans que je vous servisse à l’autel. En quoi ai-je eu le malheur de vous déplaire ? » Le saint Pape, ému, lui dit : « Je ne vous abandonne point, mon fils ; une épreuve plus pénible et une victoire plus glorieuse vous sont réservées ; vous me suivrez dans trois jours. » Puis il lui ordonna de distribuer aux pauvres tous les trésors de l’Église, pour les soustraire aux persécuteurs : mission que Laurent accomplit avec joie. Le service de Saint-Laurent est un modèle à la gestion des biens ou des responsabilités que l’Église peut nous confier

 

  • La dimension du martyre

La gestion des biens de l’Église était la raison fondamentale qui a anticipé le martyr de Laurent, voici comment :

Le préfet de Rome, à cette nouvelle, fit venir Laurent et lui demanda où étaient tous les trésors dont il avait la garde, car l’empereur en avait besoin pour l’entretien de ses troupes : « J’avoue, lui répondit le diacre, que notre Église est riche et que l’empereur n’a point de trésors aussi précieux qu’elle ; je vous en ferai voir une bonne partie, donnez-moi seulement un peu de temps pour tout disposer. » Le préfet accorda trois jours de délai.

Par rapport à la fidélité à la mission reçue de Dieu à travers le Pape Sixte II, Laurent parcourut toute la ville pour chercher les pauvres nourris aux dépens de l’Église ; le troisième jour, il les réunit et les montra au préfet, en lui disant : « Voilà les trésors que je vous ai promis. J’y ajoute les perles et les pierres précieuses, ces vierges et ces veuves consacrées à Dieu ; l’Église n’a point d’autres richesses.Comment oses-tu me jouer, malheureux ? dit le préfet ; est-ce ainsi que tu outrages en moi le pouvoir impérial ?” » Ainsi Laurent vécu le martyre d’abord en commençant par des coups de fouet reçus puis Laurent, après ce supplice, fut conduit en prison, rappelé au tribunal, il fut étendu sur un chevalet et torturé cruellement : « Vos tourments, dit Laurent au juge, sont pour moi une source de délices. » Laurent fut ensuite rôti à petit feu sur un gril de fer, et quand il eut un côté tout brûlé : « Je suis assez rôti de ce côté, dit-il au juge en souriant ; faites-moi rôtir de l’autre. » Bientôt, les yeux au Ciel, il rendit l’âme. Ainsi se déroula le martyre de Laurent.

Au-delà de cette souffrance, quelques signes montrent que Laurent était bien dans le témoignage de sa vie chrétienne et la souffrance qu’il a vécue n’était qu’une conséquence de cette fidélité à sa mission et de son témoin à l’évangile. Fort de cela, il a guéri un aveugle et convertit l’officier de ses gardes, nommé Hippolyte. Pendant qu’il souffrait, un soldat de la garde, nommé Romain, vit un Ange essuyer le sang et la sueur du martyre

 

Après ces moments de conférence, la communauté s’est résolue d’organiser un colloque qui définirait un plan stratégique de la paroisse toujours dans l’esprit de la grande mission sur trois ans pour essayer de trouver des pistes de solutions afin de faire face à la pauvreté des cités de la commune de Saint-Laurent. Une pauvreté qui se manifeste notamment sur plusieurs maux à savoir : le phénomène des mules, les dealeurs, le décrochage scolaire, la prostitution, l’analphabétisation…

 

 

 

Retour sur La grande mission 2019

Tous les ans, les 20 archevêques de la Caraïbe se rassemblent pour leur assemblée de l’AEC (Antilles Episcopal Conférence). Seuil mai, cette essentielle regroupement s’est tenue en Guyane, au milieu spirituel Ste Thérèse du petit Jésus des sœurs Saint Paul de Chartres. Circonstance pour ces archevêques anglais éparpillés via les Antilles de la Jamaïque à Trinidad de découvrir une terre française et une Eglise en vie. Mgr Lafont, l’évêque de Cayenne depuis 15 ans avait magnifiquement organisé avec un logiciel fortuné de rendez-vous, de célébrations et de découvertes. Une assemblée épiscopale est premièrement une réunion fraternelle d’archevêques permettant de partager sur plusieurs sujets pastoraux, de prier ensemble pour nous renforcer dans la mission. Ces douze prochains mois, à la veille de quatre semaines missionnaire coquin au mois d’octobre, nous avons pendant un long moment évoqué ce thème en préparant un sommet essentiel qui se déroulera à Port of Spain au mois de septembre. Un dossier dévoile aussi ce mois missionnaire qui évoquera : « Nommés et expédiés. L’Eglise du Christ en mission sur le globe ». Au départ de ces derniers jours en Guyane, les archevêques ont approfondi la missive et la vie de Saint Oscar Romero, évêque persécuté au Salvador. Le pape François lui-même admire Oscar Romero et a rendu possible sa béatification d’ici deux ans devant 250.000 fidèles et la canonisation il y a quelques semaines tous sur elle que Paul VI. L’apprentissage des pasteurs a été un thème essentiel, évoqué en cette session comme l’année dernière avec le pape à Rome. Deux lieux d’apprentissage anglais rénitent les nouveaux curés de la Caraïbe : en Jamaïque et à Trinidad. Des échos ont également été donnés des nouveaux manifestations de jeunes : JCJ pour la région à Fort de France il y a quelques semaines et les JMJ de Panama au mois de janvier. Dans la cathédrale Saint Sauveur nouvellement restaurée, nous avons eu une somptueuse concélébration avec prière eucharistique totalement chantée, un plaisir et une ferveur incroyable. Martinique et Guadeloupe furent aussi bien indiqués du fait de la présence plusieurs fidèles de ces diocèses. Mais cela reste essentiellement la célébration du mercredi 8 mai qui demeurera gravée dans la mémoire de la totalité des adhérents. A l’image de l’impressionnante confirmation il y a 2 ans à Gosier pour le parlement des archevêques des Antilles, l’Eglise en Guyane a subjugué les pasteurs, eux-mêmes sollicités pour proposer le sacrement de confirmation à 600 enfants et 40 adultes. Dans le plus grand palais des activités sportives le Progt à Matoury, la célébration de 180 minutes a été remarquablement propulsée par une chorale et un orchestre avec les chants populaires bien connus. Mgr Lafont la dévoile ce rand temps d’évangélisation : « Nous allons parcourir les rues, les quartiers, les villages discuter notre fierté de penser que Jésus est en vie, qu’il est au milieu de nous, qu’il affectionne chaque résident en vie en Guyane. Il nous sauve et nous dévoile le chemin du joie. » Dans ce but, plaquette de 20 pages est aussi grandement publiée dans toute la Guyane.  Enfin, la dernière journée de cette réunion fut dédiée à la voyage du centre spatial de Kourou en Guyane. Important site, gigantesque avec les trois rampes de sortie des fusées. Les archevêques sont repartis dans leurs diocèses, heureux de ces derniers jours de prières, d’échanges, de découvertes et d’entrevues.

Evêques des Antilles réunis à Cayenne

Chaque année, les 20 évêques de la Caraïbe se réunissent pour leur assemblée de l’AEC (Antilles Episcopal Conference). Début mai, cette importante réunion s’est tenue en Guyane, au centre spirituel Ste Thérèse de l’Enfant Jésus des sœurs Saint Paul de Chartres.

Occasion pour ces évêques  anglophones disséminés à travers les Antilles de la Jamaïque à Trinidad de découvrir une terre française et une Eglise vivante. Mgr Lafont, l’évêque de Cayenne depuis 15 ans avait magnifiquement organisé avec un programme riche de rencontres, de célébrations et de découvertes.

Une assemblée épiscopale est d’abord une rencontre fraternelle d’évêques permettant d’échanger sur de nombreux sujets pastoraux, de prier ensemble afin de nous fortifier dans la mission.

Cette année, à la veille d’un mois missionnaire extraordinaire en octobre, nous avons longuement abordé ce thème en préparant un colloque important qui se tiendra à Port of Spain en septembre. En effet, comme le demande le pape, l’Eglise doit réveiller la conscience de la mission ad gentes, comme ce fut le cas aux 19ème et 20ème siècles. Un dossier présente d’ailleurs ce mois missionnaire qui aura pour thème : « Baptisés et envoyés. L’Eglise du Christ en mission dans le monde ».

Au début de cette semaine en Guyane, les évêques ont approfondi le message et la vie de Saint Oscar Roméro, évêque martyr au Salvador. Un laïc anglais proche de cette figure d’Amérique centrale nous a guidés dans la connaissance de ce pasteur proche des pauvres,  assassiné  en 1980. Pour les évêques, ce fut une découverte et une source d’inspiration dans notre mission auprès des plus pauvres.  Le pape François lui-même admire  Oscar Romero et a permis sa béatification en 2015 devant 250.000 fidèles et la canonisation en octobre dernier en même temps que Paul VI.

La formation des prêtres a été un thème important, abordé en cette session comme l’an dernier avec le pape à Rome. Deux lieux de formation anglophones regroupent les futurs prêtres de la Caraïbe : en Jamaïque et à Trinidad. Les séminaristes de nos trois diocèses francophones sont à Toulouse, Aix en Provence, Rome et en Martinique.

Des échos ont également été donnés des récents rassemblements de jeunes : JCJ pour la région  à Fort de France en juillet dernier et les JMJ de Panama en janvier. Ces rencontres antillaises et mondiales sont source d’espérance, ainsi que les rassemblements de jeunes en diocèses pour les Rameaux.

Célébrations

Deux grandes célébrations le dimanche 5 Mai et le 8 Mai ont permis deux belles concélébrations des évêques, en présence de nombreux fidèles, participant joyeusement à ces prières. Dans la cathédrale Saint Sauveur récemment restaurée, nous avons eu une belle concélébration avec prière eucharistique entièrement chantée, une joie et une ferveur impressionnantes. Martinique et Guadeloupe furent aussi bien mentionnés en raison de la présence  de nombreux fidèles de ces diocèses.

Mais c’est surtout la célébration  du mercredi 8 mai qui restera gravée dans la mémoire de tous les participants. A l’image de la grande confirmation en 2013 à Gosier pour l’assemblée des évêques des Antilles, l’Eglise en Guyane  a impressionné les pasteurs, eux-mêmes sollicités pour donner le sacrement de confirmation à 600 enfants et 40 adultes. Dans le plus grand palais des sports le Progt à Matoury, la célébration de trois heures  a été remarquablement animée par une chorale et un orchestre  avec les chants populaires   bien connus. Cette messe marquait aussi pour le diocèse le lancement de la Grande Mission. Mgr Lafont la présente ce rand temps d’évangélisation : « Nous allons sillonner les rues, les quartiers, les villages partager  notre fierté de croire que Jésus est vivant, qu’il est au milieu de nous, qu’il aime chaque personne vivant en Guyane. Il nous sauve et nous montre le chemin du bonheur. » Dans ce but,  plaquette de 20 pages est d’ailleurs largement diffusée dans toute la Guyane.

Enfin, la dernière journée de cette rencontre fut consacrée à la visite du centre spatial de Kourou en Guyane. Impressionnant site, immense avec les trois rampes de lancement des fusées. Ouvert en 1964, il regroupe 1700 personnes en permanence et est ouvert sur l’espace et sur le monde. Projet européen, il est aussi utilisé par les russes. Les satellites envoyés dans l’espace sont destinés aux télécommunications,  à la météo, à l’observation.

Les évêques sont repartis dans leurs diocèses, heureux de cette semaine de prières, d’échanges, de découvertes  et de rencontres.

La prochaine assemblée se tiendra fin avril 2020 à Antigua, ile au nord de la Guadeloupe.

+ Jean-Yves RIOCREUX

 

Le 8 mai au PROT de Matoury

Publier le jeudi 9 mai 2019 .France Guyane.

Cliquez sur l’image pour lire l’article…

 

9éme jour DE LA NEUVAINE DES SAINTS POUR LA GRANDE MISSION Du 29 avril au 7 mai 2019

9éme jour- 7 mai : BIENHEUREUSE ANNE-MARIE JAVOUHEY :

*Anne-Marie, en te mettant au service des pauvres par le moyen de l’éducation et de l’instruction, des sœurs sont venues et avec elles tu es devenue une famille sous le patronage de saint Joseph de Cluny. Et ayant vécu dans ta chair l’abandon et l’humiliation, Dieu t’a choisie par une vision pour être la mère des abandonnés et la tendresse des humiliés. La Guyane est devenue ta patrie de combat pour le droit et la justice et une terre de libération pour tous les enfants que Dieu t’a confiés. Mana était le centre d’où tu as envoyé l’homme captif à la liberté et Acarouany le lieu d’accueil pour tous les rejetés. La grandeur de Dieu en toi ne fut arrêtée par aucun obstacle dont les croix ne se comptées plus : « la croix est plantée sur tous les chemins où passent les serviteurs de Dieu ».

Bienheureuse Anne-Marie Javouhey, sainte mère des éprouvés, l’Eglise de Guyane est reconnaissante de ta bonté et de ta tendresse pour ses enfants. Tu es la première femme missionnaire en cette contrée si éloignée de la Guyane. Prie pour nous car le combat pour le droit et la justice n’est pas fini. Il reste encore beaucoup d’hommes et de femmes qui sont privés de ta bonté et de ta tendresse.

Bienheureuse Anne-Marie Javouhey, toi qui aimes la sainte volonté du Père, prie pour nous.

Bienheureuse Anne-Marie Javouhey, toi qui es prompte à la mission du Fils Jésus, prie pour nous.

Bienheureuse Anne-Marie Javouhey, toi qui aux heures les plus troubles sais remettre ta vie à l’Esprit Saint, prie pour nous.

*Quête et distribution des pains de vie avec un chant.

*Notre Père,

Je vous salue, Marie,

Gloire au Père…

8éme jour DE LA NEUVAINE DES SAINTS POUR LA GRANDE MISSION Du 29 avril au 7 mai 2019

8éme jour-6mai : SAINTE ROSE DE LIMA :

*Sainte Rose, le mystère de ta vie se décline sur les couleurs vives de la densité de ta foi, de ta charité et de ton espérance pour le Christ. Ton nom fleuri qui te fut donné par la Sainte Vierge, et confirmé par Monseigneur Saint Turibio, l’archevêque de Mogrovejo et par lequel tu seras plus connue, fut tout le programme de ta vie dès ton enfance. Il est l’expression de ton amour pour le Christ. Tu te fais violence en t’offrant en pénitence pour les autres. Car pour toi il n’y a pas de sainteté ni de salut sans épreuves.

Te voulant dans le monde pour être son témoin, le Seigneur te réoriente de ton projet de vie chez les Clarisses, vers les tertiaires dominicaines. Tu y prends l’habit à la suite de sainte Catherine de Sienne que tu admirais. Tes mortifications te combleront de grâces aux fruits admirables et étonnants par le Seigneur. Dévouée à tous et pour tous, tu te donnais sans compter. Tu seras même l’oracle de tous ceux et celles qui se recommandent à tes prières.

Première sainte des Amériques et patronne de l’Amérique du Sud, tu as signé ta passion pour le Christ, à ton agonie en disant : « Jésus ! Jésus ! Avec moi ! » Embrases nous de ce feu d’amour qui t’animait. Aides nous à bien vivre notre Grande Mission à ton exemple avec amour, joie et fidélité dans le Christ.

*Sainte Rose de Lima, toi qui as reçu par la grâce de la prière, la faculté précoce de lire sans l’avoir appris, prie pour nous.

Sainte Rose de Lima, toi dont la beauté légendaire se posait à ta vocation, et qui t’es défigurée délibérément afin de vivre pour Dieu seul, prie pour nous.

Sainte Rose de Lima, toi qui t’es dévouée pour tous les petits et les exclues, prie pour nous.

*Quête et distribution des pains de vie avec un chant.

*Notre Père,

Je vous salue, Marie,

Gloire au Père…

7éme jour DE LA NEUVAINE DES SAINTS POUR LA GRANDE MISSION Du 29 avril au 7 mai 2019

7ème jour-5mai : SAINTE KATERI TEKAKWITA :

*Sainte Katéri, ta douceur suave et ton humilité délicieuse nous enivrent, jeune fille vierge Iroquoise ! Ta beauté et ton visage rayonne de la bonté de Dieu. Tu veux l’honorer de la louange de chasteté toute ta vie. Mais cela est un affront pour ton entourage, une absurdité à la tradition culturelle ; ce qui va t’attirer les plus redoutables épreuves de ta vie. Mais Dieu se souvient de toi, sa bien-aimée. Ta douceur et ton humilité mettent en déroute la foudre de tes proches et ouvrent pour toi un chemin fraternel avec les fidèles témoins de ton Seigneur et Sauveur Jésus Christ, ton Bien-Aimé. Le baptême a redoublé en toi une plus grande beauté intérieure. La prière est pour toi une source de paix et de joie et de résistance aux exaspérations et calomnies de tes proches. Et la messe devient une nourriture pour la faim de ton cœur. Ce qui te fera dire : « Je ne suis plus à moi ; je me suis donnée tout entière à Jésus Christ. Il ne m’est plus possible de changer de maître. » Katéri, belle jeune fille, ton visage est irradié de magnificence le jour de ton expiration et qui a ravi d’admiration de nombreux témoins.

Sainte Katéri Tekakwita, l’Eglise tout entière est fière de toi, de ta douceur guérissante. Montre aux jeunes filles et aux jeunes gens des différentes populations de Guyane que la fidélité à la prière et la pratique de la sainte Messe procurent le bonheur, la joie et la merveille de Dieu. Ce qui fait défaut à la jeunesse d’aujourd’hui, n’est pas le savoir ni la compétence technique, mais bien le désir de Dieu et l’amour du prochain. Obtiens à notre jeunesse le feu de Dieu qui a brûlé ton cœur jusqu’à l’offrande de ta vie à ton Bien-Aimé Jésus Christ.

Sainte Katéri Tekakwita, toi qui réponds à la volonté du Père, prie pour nous.

Sainte Katéri Tekakwita, toi qui aimes et suis le Seigneur Jésus, prie pour nous.

Sainte Katéri Tekakwita, toi la beauté de l’Esprit Saint, prie pour nous.

*Quête et distribution des pains de vie avec un chant.

*Notre Père,

Je vous salue, Marie,

Gloire au Père…

6ème jour-4mai : SAINT PEDRO CALOUNGSOD :

*Saint Pedro, par ton attachement au Christ, tu as témoigné de ta foi dans ta solidarité avec le père Diego Luis de San Vitores. A 17 ans, tu as marqué ta vie dans la mission par ta croix et ta fidélité au Christ par une mort violente et tragique. Tu as bravé l’apostasie d’un frère qui a renié sa foi, en faisant baptiser sa fille avec l’accord de sa maman à l’insu du mari. Mais toi et le père Diego le paieront très chers. Et comme le sang des martyrs est la semence des chrétiens, tu seras massacré avec ton curé pour le Christ. Et de même que la valeur n’attend pas le nombre des années, de même ton exemple montre que toute chrétien dans la force vitale de sa foi peut supporter le martyr avec la grâce de l’Esprit Saint.

Que saint Jean Paul II ait déclaré à ton sujet, que tu t’es prononcé ouvertement pour le Christ, en répondant généreusement à son appel, n’est pas un hasard. Ainsi grâce à ton témoignage, les jeunes d’aujourd’hui peuvent recevoir encouragement et force de ton exemple dont l’amour pour Jésus, t’a inspiré de te donner comme catéchiste et adolescent, en laissant ta famille pour suivre le père Diego dans l’apostolat.

Ta spiritualité marquée par l’amour de l’Eucharistie et de la Vierge, fut un témoignage de ta foi au Christ. Ainsi ton intercession pour la réanimation d’une femme déclarée cliniquement morte, couronne la sainteté de ta vie de fidélité et d’espérance. Que ta simplicité nous instruise que tout chrétien peut être un signe de la Gloire du Christ Ressuscité. Intercède pour nous auprès du Seigneur pour que tout baptisé témoigne de sa foi par ton exemple dans notre projet de la Grande Mission en Guyane.

*Saint Pedro, toi que le Seigneur a doté d’une érudition gracieuse, prie pour nous.

Saint Pedro, toi qui t’es sacrifié pour le Christ dans la mission, prie pour nous.

Saint Pedro, toi dont la canonisation a authentifié et couronné ta vie, prie pour nous.

*Quête et distribution des pains de vie avec un chant.

*Notre Père,

Je vous salue, Marie,

Gloire au Père…

5éme jour DE LA NEUVAINE DES SAINTS POUR LA GRANDE MISSION Du 29 avril au 7 mai 2019

5éme jour- 3 mai : SAINT FRANCOIS-XAVIER :

*Saint François-Xavier, toi, jeune étudiant rempli d’ambition de faire carrière, tu as rencontré un inconnu sur ton chemin, Ignace de Loyola, mais il est connu de Dieu. Non seulement, Ignace a réorienté tes projets de carrières, mais il a su brancher ton cœur à la volonté du Seigneur et qui te fera dire : « Pensez-y bien, le monde est un maître qui promet et qui ne tient pas parole. Et quand même il tiendrait ses promesses à votre égard, jamais il ne pourra contenter votre cœur. Mais supposons qu’il le contente, combien de temps durera votre bonheur ? En tout cas, pourra-t-il durer plus que votre vie ? Et à la mort, qu’emporterez-vous dans l’éternité ? Et Loyola de confirmer : « Que sert à l’homme de gagner l’univers entier, s’il vient à perdre son âme ? » Ignace est devenu un ami, un frère dans la mission voulue par Dieu. Vous avez fondé ensemble la compagnie des Jésuites pour annoncer et faire connaître Jésus aux pauvres, aux malades, aux peuples de toute la terre, c’est pourquoi le Cardinal Antonio María Rouco dira de toi : « François-Xavier désirait que le plus grand nombre possible de peuples et de personnes parviennent à la foi chrétienne ; c’est ainsi que s’explique sa recherche inlassable des âmes jusque dans les lieux les plus reculés où n’était pas encore parvenue la Bonne Nouvelle de Jésus »

Saint François-Xavier, l’Eglise reconnaît en toi le Patron des Missions avec Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus. Prie pour vos frères et sœurs chrétiens de Guyane pour qu’ils éprouvent le désir d’être Eglise, d’appartenir à la même famille, qu’ils aient un cœur ouvert à la volonté de Dieu, la même ardeur pour annoncer Jésus, la même passion pour le Seigneur Jésus. Obtiens nous le zèle missionnaire et la force intérieure pour que Jésus soit connu et aimé par toutes les âmes de notre temps.

*Saint François-Xavier, toi qui fais la volonté du Père, prie pour nous.

Saint François-Xavier, toi qui traverses les épreuves du Seigneur Jésus sur les chemins de la mission, prie pour nous.

Saint François-Xavier, toi qui écoutes le souffle de l’Esprit Saint qui te conduit au bout du monde, prie pour nous.

*Quête et distribution des pains de vie avec un chant.

*Notre Père,

Je vous salue, Marie,

Gloire au Père…

4éme jour DE LA NEUVAINE DES SAINTS POUR LA GRANDE MISSION Du 29 avril au 7 mai 2019

4éme jour-2mai : SAINTE THERESE DE L’ENFANT JESUS :

*Sainte Thérèse, ta vie jalonnée, depuis ta plus tendre enfance, d’épreuves vécues dans une foi silencieuse et animée par un amour ardent du Christ et du prochain est une offrande au Seigneur et un exemple à suivre. En effet toute jeune encore, avec ta charité débordante, ta devise de t’oublier pour plaire au Seigneur en lui laissant dans ton cœur toute la place convenable, sera le fils conducteur de ta vie pour ton plus grand bonheur. Et la prière sera ton puissant levier pour ce programme.

Ainsi ton message simple et exigent de suivre la petite voie, en reconnaissant notre petitesse est de nous abandonner avec confiance à l’infini bonté de Dieu. Il se trouve alors que ta foi et ton sourire, conquis de haute lutte sur tes souffrances tant physique que spirituel, établiront entre toi et les mal-croyants une affinité. Car assaillie toi-même par des tentations d’incroyances, tu apportes un réconfort aux chrétiens dont la foi est affrontée à l’athéisme.

Sainte Thérèse, patronne des missions que le Seigneur a entourée, instruite et guidée, intercède pour nos doutes et nos tentations. Accompagnes nous dans notre Grande Mission pour obtenir la révélation de la Gloire de notre Seigneur le Christ Jésus.

Sainte Thérèse dont les épreuves de la vie ont conforté ta foi au point de dire que tu ne meurs pas, mais tu entres dans la vie, prie pour nous.

Sainte Thérèse, toi qui adolescente, intercéda pour la conversion d’un grand criminel, prie pour nous.

Sainte Thérèse, toi qui affirmas que l’amour renferme toutes les vocations, prie pour nous.

 

*Quête et distribution des pains de vie avec un chant.

*Notre Père,

Je vous salue, Marie,

Gloire au Père…

3éme jour DE LA NEUVAINE DES SAINTS POUR LA GRANDE MISSION Du 29 avril au 7 mai 2019

3éme jour- 1er mai :  SAINT PAUL :

Saul, animé par fidélité au judaïsme, ton aversion au christianisme a fait de toi un farouche opposant à La Voie, et un persécuteur des disciples du Christ et une barrière à l’expression de leur foi…Mais tu as été converti de ton sentiment de justicier en proclamant ta foi en celui que tu persécutait : « Désormais, je considère tout comme désavantageux à cause de la supériorité de la connaissance du Christ Jésus mon Seigneur  » Tu t’es donc laissé transformer par la grâce du Seigneur qui t’a répondu : « Ma grâce te suffit ». Et tu reconnaîtras que « la puissance se déploie dans la faiblesse ».

Toi, Paul, un maître de La Loi, tu es devenu l’apôtre des nations, un passionné du Christ Jésus, un missionnaire audacieux et inspiré, un serviteur infatigable de la Bonne Nouvelle. L’Eglise bien-aimée du Christ, par toi, sort de sa certitude comprise comme limité aux juifs vers l’inconnu. Elle sort de son cercle restreint à la rencontre des peuples et de leurs cultures…Paul, tu es l’une des colonnes qui soutient l’édifice de l’Eglise du Christ ; notre apôtre bien aimé et rempli de la gloire de Dieu et qui déclara : « Mon titre de gloire, personne ne le réduira à néant ».

Saint Paul, toi qui es vivant auprès de Dieu, prie pour tous les habitants de la Guyane afin qu’ils deviennent frères comme toi-même avec le groupe des Apôtres. Pour tes frères et sœurs chrétiens, qu’ils se laissent transformer par la grâce de Dieu, pour être des missionnaires infatigables de l’Evangile comme toi et prompts à devenir des petites pierres vivantes de l’Eglise pour notre monde avec toi pour colonne.

Saint Paul, toi qui contemples la Gloire du Père, prie pour nous.

Saint Paul, toi qui es prompt à proclamer la Bonne Nouvelle du Seigneur Jésus, prie pour nous.

Saint Paul, toi qui es dans le souffle de l’Esprit Saint, prie pour nous.

*Quête et distribution des pains de vie avec un chant.

*Notre Père,

Je vous salue, Marie,

Gloire au Père…

2ème JOUR DE LA NEUVAINE D’INTERCESSION POUR LA GRANDE MISSION Du 29 avril au 7 mai 2019

2éme jour-30 avril : SAINT PIERRE :
*Saint Pierre, toi dont le nom révèle la mission que Jésus t’a confiée, tu as été des premiers disciples appelés à suivre Jésus. Tu es avec Paul l’un des piliers de l’Eglise de Rome en tant que témoin direct ayant partagé la vie du Seigneur.
En te donnant ce nom nouveau de Pierre, Jésus t’invitait, toi le pêcheur de Galilée à devenir le roc sur lequel sera fondée son Eglise. Dans ta foi ardente, pour répondre à ta mission, tu as appris du Seigneur, l’humilité et l’amour qui feront de toi le symbole de l’unique pasteur. En effet, le regard du Seigneur sur toi après ton reniement, te retournera et t’établira dans une humilité confiante. Ainsi dans ton entretien avec le Seigneur Ressuscité, tu as appris aussi comment devenir le modèle de ceux qui ont à exercer l’autorité dans l’Eglise. Car le chef de l’Eglise doit l’unifier, non en la dominant, mais en la servant avec un amour dont le Christ est autant l’objet, le sujet que le modèle. Appelé avec le collège des apôtres à affermir la foi et l’unité de l’Eglise c’est par la prédication de l’Evangile et le témoignage que vous assumerez cette mission.
Saint Pierre, toi qui a répondu spontanément à l’appel de Jésus à le suivre, prie pour nous.
Saint Pierre, toi à qui le Seigneur a donné un nom nouveau pour ta mission, prie pour nous.
Saint Pierre, toi qui par l’Esprit Saint, as confessé ta foi en la révélation du mystère du Christ Fils de Dieu, prie pour nous.
*Quête et distribution des pains de vie avec un chant.
*Notre Père,
Je vous salue, Marie,
Gloire au Père…

1er JOUR DE LA NEUVAINE DES SAINTS POUR LA GRANDE MISSION DE LA GUYANE Du 29 avril au 7 mai 2019

1er jour- 29 avril :  NOTRE DAME DE GUADALUPE :
*Vierge Marie, tu es la première en chemin pour la mission en partageant la joie de Dieu avec ta cousine Elisabeth. Et tu ne cesses de poursuivre cette mission sur toute la terre à la recherche des plus humbles comme tu l’as signifié à Juanito : « Juanito, le plus humble de mes fils, où vas-tu? » Tu es la première associée à l’œuvre de miséricorde de ton Fils Jésus, puisque tu es la mère miséricordieuse de tous les humains : tu écoutes leurs lamentations, leurs misères, leurs détresses, leurs peines et leurs joies.
Notre Dame de Guadalupe, tu es notre Mère, la patronne de l’Amérique. Tu désires répandre tes faveurs et montrer ta compassion envers tous ceux et celles qui recourent à toi. Nous te confions la Grande Mission de l’Eglise de Guyane. Sois au milieu de nous comme tu as été au milieu des disciples au jour de Pentecôte. Accompagne tous les chrétiens qui vont sortir de chez eux à la rencontre de tous les habitants de ce pays. Tu as été à l’origine de neuf millions de convertis, au Mexique et du plus grand succès d’activités missionnaires de tous les temps. Que ce temps de mission soit un temps favorable à la conversion, à la fraternité entre les peuples, à l’espérance et au partage.
Vierge Marie, toi qui as tout donné à la volonté du Père, prie pour nous.
Vierge Marie, toi qui es debout aux pieds de la croix de ton Fils, prie pour nous.
Vierge Marie, toi qui es le Temple de l’Esprit, prie pour nous.
*Quête et distribution des pains de vie avec un chant.
*Notre Père,
Je vous salue, Marie,
Gloire au Père…

Quelles mesures de sécurité pour l’église d’Iracoubo?

© J.G ASSARD l’église Saint Joseph d’Iracoubo J.G Assard /P. Negre Publié le 23/04/2019 à 22:37

Le 15 avril dernier la cathédrale Notre Dame de Paris était ravagée par un incendie. En Guyane la commune d’Iracoubo possède une église classé monument Historique depuis 1978. Elle est entièrement en bois. Quelles mesures de prévention existent pour cet établissement?

Lire l’article…

 

La Guyane au centre du calendrier de l'Eglise catholique pour les prochains mois

L’assemblée de la Conférence des évêques des Antilles se déroulera en mai en Guyane. 25 évêchés de la Caraïbe seront là. L’évêque de Cayenne rencontrera en juillet des délégués de tous les villages amérindiens et bushinengués du territoire, en vue de préparer la conférence des évêques d’Amazonie.

  • SL et K. Saïbou
  • Publié le , mis à jour le 

Emmanuel Lafont, évêque de Cayenne, a annoncé ce matin l’arrivée prochaine d’une vingtaine d’évêques antillais et sud-américains sur le territoire, à l’occasion de l’assemblée plénière de la Conférence des évêques des Antilles.
Elle les réunira du 4 au 11 mai. L’occasion pour eux de participer à « La Grande Mission de la Guyane » (9 mai au 23 juin), évènement en préparation depuis trois ans, « l’occasion pour les catholiques de frapper à toutes les maisons de Guyane » afin de faire connaïtre le message de l’Eglise. « Chaque paroisse s’est préparée, tous les âges partiront en mission : les enfants, les jeunes, les adultes » assure l’évêque. Lui même, a-t-il expliqué, s’est déjà rendu à Cogneau-Lamirande, Grand-Santi, le quartier Mont-Lucas, et souhaite se rendre bientôt dans le bidonville Bambou. Un lieu d’habitat spontané situé entre Rémire-Montjoly et Cayenne – l’un des plus pauvres du territoire – où les églises évangéliques sont très présentes.

L’ensemble des villages amérindiens et bushinengués invités

Outre la célébration du 8 mai, l’évêque de Cayenne a aussi annoncé une assemblée pré-synodale qui se tiendra du 5 au 7 juillet à Awala Yalimapo, afin de préparer la réunion de tous les évêques d’Amazonie (106 évêques) convoqués par le pape à Rome du 6 au 27 octobre. Le but de ce « sommet » est notamment « d’écouter le cri des peuples de la forêt ». Tous les villages amérindiens et bushinengués de Guyane ont été invités à l’assemblée prévue à Awala Yalimapo.

En Guyane, l’Eglise catholique formule publiquement cette invitation en faveur des peuples autochtones au lendemain d’une grande manifestation qui a regroupé au Brésil 2 000 représentants de tribus indigènes : ceux-ci ont occupé le centre de Brasilia pour faire valoir leurs droits à leurs terres ancestrales, se sentant encore plus menacés depuis l’arrivée au pouvoir du président d’extrême droite Jair Bolsonaro. Un président soutenu lors de son élection par les leaders spirituels du courant évangélique.

Actu

Divine Miséricorde - SOULA

Titulaire : Miséricorde divine

Presbytère 28 allée des Corossols – Lotissement les Lauriers
97355 MACOURIA
Tel. 05.94.35.46.67

PRESENTATION DE LA NEUVAINE DES SAINTS 2019

POUR LA GRANDE MISSION

Du 29 avril au 7 mai 2019

 

Jour 1 : 29 avril, Notre Dame de Guadalupe.

Jour 2 : 30 avril, saint Pierre.

Jour 3 : 1 mai, saint Paul.

Jour 4 : 2 mai, sainte Thérèse de l’Enfant Jésus.

Jour 5 : 3 mai, saint François –Xavier.

Jour 6 : 4 mai, saint Pedro Calungsod.

Jour 7 : 5 mai, sainte Katéri Tekakwita.

Jour 8 : 6 mai, sainte Rose de Lima.

Jour 9 : 7 mai, Bienheureuse Anne-Marie Javouhey.

 

Cette présentation, à titre indicatif ne fait pas l’objet de la neuvaine. Elle a pour but de nous montrer généralement ce qui caractérise les saints. Ainsi cette présentation se veut juste une information introductive pour notre compréhension de cette neuvaine.

Qui sont les saints ? Ce sont tous ceux et celles qui ont suivi Jésus sur la route, qu’Il nous a tracée, afin de vivre en enfants de Dieu.

Ainsi, les saints sont au milieu de nous, et pourquoi pas en nous ! Car ils appartiennent d’abord à ce peuple en marche venant de la grande épreuve de cette vie vers le ciel. N’imaginons donc pas les saints seulement dans leur état achevé, avec une auréole sur la tête au sommet de l’autel ou dans la gloire de leur canonisation.

C’est dire que les saints ne sont pas des héros ni des surhommes échappant au commun des mortels par leurs miracles ou leur force d’âme à toute épreuve. Ils ont converti leurs passions au service de leur sainteté, qui réalise en eux de véritables transformations, fruits de la grâce et de la liberté. Ce qui caractérise les saints, est d’avoir assumé leur humanité en s’efforçant de la réaliser le mieux possible à la suite de leur approche du Christ leur modèle. C’est pourquoi fêter les saints pour la mission, c’est aussi fêter le saint possible que chacun porte en soi. Car tous les saints ont été des missionnaires à leur manière et dont la prière les aura toujours soutenus.

Aussi, pour cette neuvaine de la Grande Mission, quelques saints ont été choisis parmi tant d’autres, dont certains sont les patrons de nos paroisses. A travers leurs intercessions, seront suggérés leurs charismes ou précisés leurs traits essentiels dans la mission. Qu’ils nous accompagnent de leurs prières dans l’aventure de notre grand projet diocésain auprès du Christ, le premier missionnaire par excellence.

Plan de la neuvaine :

  1. Prière au saint en assemblée.
  2. Quête et distribution des pains de vie. (Cependant où les trouver ? Y en aura-t-il assez pour toutes les paroisses pendant les 9 jours ?)
  3. 1 Notre Père…1 Je vous salue Marie…Gloire au Père…

Donnez pour Notre Dame

À la suite de la catastrophe subie par la cathédrale Notre Dame de Paris, vous pouvez effectuer des dons.

 

Soit sur notre site web de dons (https://www.eveche.fr/mission-catholique-guyane/), ou, soit en vous rendant à la comptabilité de la Mission Catholique de Guyane, qui se trouve au 24 rue Madame Payé à Cayenne.

Les informations utiles pour faire des dons

  • Lien du site de dons : https://www.eveche.fr/mission-catholique-guyane/
  • Adresse de la comptabilité : 24 rue Madame Payé 97300 Cayenne
    • Les jours d’ouverture : de lundi à vendredi
    • Les horaires d’ouvertures :
      • Les matins de 9 h 00 à 12 h 00
      • Les après-midis : 15 h 00 à 18 h 30

« Que chacun donne selon ce qu’il a décidé dans son coeur, sans regret ni contrainte, car Dieu aime celui qui donne avec joie. (2 Co 9-7) »

Merci.

Ordination d'un nouveau diacre à Macouria

Invi Thé Café Monseigneur Emmanuel Lafont, évêque de Cayenne

Actualité de l'Eglise